http://www.kergallic.org/ecrire/?exec=article&id_article=138

Atelier du souffle et du regard Qi Gong et Peinture en Bourgogne, du 19 au 21 mai, avec Régine Graille et Jean-Marie Manet

Le jardin regardé, le jardin respiré, le jardin intérieur

« Le plus important est de savoir vénérer. »
Shi Tao. Propos sur la peinture du moine Citrouille-Amère.

Le Qi Gong comme la Peinture sont un temps d’arrêt, une qualité de présence intime et reliée qui laisse passer l’Esprit. Dépassant les contours du visible, l’un et l’autre s’accordent à cette respiration silencieuse de la nature, des arbres, de l’eau, pour se laisser envahir par l’émerveillement.

Cette disposition du cœur tranquille est le fondement de l’ajustement corporel. Par l’écoute, l’équilibre, l’ouverture des tissus et le placement de la voix, il délivre la mémoire, harmonise le souffle énergétique et libère la créativité.

Cet état contemplatif est également le commencement propice au travail de peinture. Loin des désirs de bien faire ou de faire joli, Il s’agit de laisser émerger par les mains, une image, telle une offrande, et donner un goût d’éternité à l’éphémère.

La pratique de ces arts intimes nous invite à plonger, à mourir à ce que l’on sait, pour renaître dans un flux neuf du cœur intuitif.